Tag Archives: blogosphère

20 sujets qui m’intéressent

11 Jan

Je me laisse prendre au jeu. J’aime bien cette idée lancée par Steve Proulx, puis reprise par Patrick Dion et Nancy B. Pilon, entre autres.  Dresser la liste des vingt sujets qui m’intéressent le plus. On dit que c’est moins simple qu’il n’y paraît. Un moyen de se recentrer sur l’essentiel.

Alors voici, dans le désordre…

  1. Les voyages qui déstabilisent
  2. L’impact de l’internet sur la culture et les relations humaines
  3. La littérature contemporaine
  4. La situation des femmes dans le monde
  5. Les êtres inspirants
  6. Les modes de transport actifs
  7. L’imaginaire de Frida Kahlo
  8. La vie urbaine
  9. La langue française
  10. La consommation locale, équitable et bio
  11. Le contrôle de l’information
  12. L’art visuel contemporain
  13. Le flamenco
  14. L’Asie
  15. Avoir 20 ans
  16. La bouffe; ses odeurs, ses saveurs, ses textures
  17. Le design
  18. Le plein air
  19. Les coins reculés de la planète
  20. La beauté

Je suis certaine que demain, j’aurai envie de tout chambouler. J’ajouterai la guerre et la spiritualité, et les marchés publics et l’art local. Peut-être aussi les restos de quartier, peut-être même la mode et la décoration. La politique, pourquoi pas, et le suicide, la mise en forme et la créativité…

20 sujets seulement…  Je croyais avoir de la difficulté à en trouver… J’en ai plutôt eu à les choisir!

La question demeure. Qu’est-ce que l’essentiel?

Publicités

Santé et… succès (ah oui, et l’amour aussi)

29 Déc

Dans 48 heures, vous serez avec l’amour de votre vie (ou celui du moment), avec votre famille, avec vos amis, avec vous-même, avec votre chien ou votre chat. Dans 48 heures, vous serez avec des gens que vous aimez,  qu’il ne s’agisse que de vous-même ou d’une tribu entière, et vous leur souhaiterez la bonne année.

Papa vous souhaitera une vraie job, matante Germaine, un vrai chum, votre amie Julie, un amant, mononcle Roger, des poules, euh, des boules, euh des foules de prétendants, bref, on vous souhaitera tout et n’importe quoi. Puis, quelqu’un vous demandera « Et toi, qu’est-ce qu’on te souhaite ma belle Paula? » Habituellement, je réponds « De la santé et des voyages ».  Rien de très original, mais bien assez pour faire mon bonheur à moi pour une autre année entière. Oui, bien sûr, je l’admets, il y a quelques journées d’égarements et de déprime, quelques boules d’angoisse et crises de larmes, mais en général, ça me suffit.

Mais cette année, je vais surprendre tout le monde. Cette année, je répondrai « De la santé (toujours!)… et du succès ».  Papa écarquillera les yeux, matante Germaine tendra l’oreille, Julie restera bouche bée, mononcle Roger… mononcle Roger ne fera rien.  Je répondrai « Du succès », et on me croira enfin sensée. Ou folle.  Pragmatique ou superficielle. On m’imaginera célèbre ou riche ou mariée…

Alors, qu’au fond, tout ce que je veux, c’est voyager vers le succès. Je suis en bonne voie, je crois, j’avance sur la bonne route.

Ce texte pose 3 questions auxquelles j’ai eu envie de répondre…

Lire la suite

Petite histoire de l’amitié

28 Nov

Dresser un portrait de l’amitié de nos jours n’est pas chose facile. Je me souviens, adolescente, de ces amitiés presque passionnelles, exclusives. Les mots échangés sur des bouts de papier durant les classes, les conversations téléphoniques interminables le soir venu. Peu importe si nous avions passé la journée ensemble, nous avions encore tant à nous dire!

Jeune adulte, l’exclusivité m’étouffe, je cultive les amitiés comme d’autres les tomates en serre. Je retrouve mon groupe d’amis chaque semaine aux Foufounes le lundi soir, au Café Campus le mardi. Je me souviens, je planifiais mes voyages en fonction de ces soirées. Je savais qu’en revenant un lundi, je pourrais immédiatement aller fouetter la mélancolie du retour en rigolant autour d’un pichet bon marché avec les copains.

Puis le temps fait son œuvre… Un ami va étudier en région, un autre travailler dans une ville lointaine, un autre encore disparaît tout simplement dans la brume. On tombe en amour, on bâtit son nid, on fait des enfants. On se voit quand on peut. On ne néglige pas l’amitié, non, mais elle ne prend plus toute la place. Elle est mouvante. Comme les marées, elle connaît des cycles. Elle ne dicte plus notre vie, elle l’accompagne. Elle reste intacte, mais par instants, elle dort.

Lire la suite

Le Canadien errant

31 Mar

Parfois, on tombe sur un blogue, et on se dit  « Comme c’est sympathique! », on l’ajoute à sa blogoliste, on se dit qu’on va y revenir.  Puis, on oublie. On y retourne mollement, parfois, par un dimanche pluvieux, on le lit distraitement, en se disant qu’il faudrait y revenir plus souvent. C’est tout de même très sympa. Puis, on oublie.

Il y a dans les liens que vous retrouvez à droite, des blogues que je visite régulièrement. Taxi-Brousse, L’hiver @ Khartoum (il est revenu!), Les eaux troubles, et bien d’autres.

Il y en a un que je viens d’ajouter à la liste. Je suis peut-être en retard, mais je viens de découvrir sa présence dans la blogosphère. Le bédéiste Guy Delisle à Jérusalem.  J’ai commencé par les plus récents billets. Maintenant, je le lis méthodiquement, à rebourd.

C’est tellement beau, tellement sensible. Parfois, l’actualité s’y glisse, comment faire autrement. Mais la plupart du temps, c’est en simple observateur du quotidien que Guy Delisle nous raconte le monde qui l’entoure.  Et quel regard.

Allez voir, il est à Jérusalem jusqu’à la fin de l’été seulement, je crois.

Une nouvelle fidèle lectrice

Une belle surprise

23 Nov

N’allez pas vous imaginer que tout va mal pour moi, malgré le ton légèrement déprimée du billet précédent.

Il m’arrive de belles choses, comme la mention de mon blogue dans un article de la revue Clin d’oeil.

C’est inattendu, et grandement apprécié, merci, Marie-Julie! Ça va me motiver à être un peu plus assidue et disciplinée.

Je vous dis, il y a de belles choses dans ma vie, et de belles résolutions à la pelletée : écrire plus souvent sur mon blogue, prendre des cours de flamenco, planifier le prochain voyage, manger mieux, aller m’entraîner 2 fois par semaine, classer mes photos, faire le ménage, économiser, prendre rendez-vous chez l’esthéticienne, travailler moins, dormir plus, lire, aller vendre les livres dont je ne veux plus, faire du bénévolat, recevoir, donner…

Dans mon cas, ce n’est pas le Nouvel An qui me donne envie de prendre des résolutions, c’est le voyage. Est-ce que je tiens ces résolutions? Quelques-unes.

Celle d’écrire davantage sera l’une d’elle.

Promis.  (ça tape mal sur un clavier, les doigts croisés 😉 )

Brillante (et modeste)

9 Août

Je suis touchée… La talentueuse Marie-Julie, auteure du délectable blogue Taxi-Brousse, m’a décernée un prix. Je suis officiellement brillante! 😉

Pour répondre à la question qu’elle se pose (« C’est pas un peu quétaine ce truc? »), je réponds « Absolument »! Mais j’assume mon penchant, et je ne vais pas renier le plaisir ressenti à recevoir cette fleur, ou devrais-je dire, ce diamant (tant qu’à faire dans la quétainerie!).

Maintenant, on se croirait dans « Payez au suivant », mais c’est à mon tour de distribuer des fleurs à d’autres blogueurs. Ce sont les règles du jeu, certes, mais il me fait sincèrement plaisir de souligner le travail de blogueurs que je prends plaisir à lire et qui ne le savent pas… Alors, voici, à vous, amis et inconnus, je vous dis merci de partager avec nous les mots qui vous habitent.

Je ne peux évidemment décerner un prix à Marie-Julie, mais j’en profite pour saluer l’ensemble de son œuvre, que je prends grand plaisir à lire.

Voici donc les blogues que j’aimerais honorer de ma modeste reconnaissance:


Deux sœurs impertinentes

Le blogue de ces deux sœurs est un oasis où il fait bon se rafraîchir. J’ai parfois l’impression d’épier une conversation à travers un mur de carton, m’attachant à ces voisines dont je ne connais que la voix et les histoires.

L’hiver @ Khartoum
Une plume magnifique, sensible et imagée, que je déguste lentement dans le silence de la nuit.

Il écrit parce qu’il chante mal

J’aime le lire pour ses nouvelles, parfois naïves, parfois incisives, pour ses flashs, pour ses touchantes tranches de vie et pour ses opinions justes.

Les (Z)imparfaites
Parce qu’elles me font rire et me donne presque envie d’être maman à mon tour… presque.

La Muse Calliope
Sa fragilité me touche, sa force m’inspire, et je la suis, émue, dans sa quête de l’équilibre.

Plaisir ad lib
Audacieuse et impudique, Perséphone dévoile peu à peu son univers.

Je m’arrête ici. Oui, je sais, je dois respecter les règles et vous en présenter 7. Mais je préfère laisser cette septième nomination ouverte, libre d’être découverte plus tard. J’y reviendrai…

Je change de look!

9 Mai

Les rares habitués de ce blogue remarqueront qu’il a changé d’allure. Désolée si de ce fait vous vous sentez égarés, mais moi, c’est dans la mise en page précédente que j’avais peur de me perdre. Trop de longues lignes qui vous faisaient oublier le fil de l’histoire. De plus, j’avais envie d’une entête plus vivante.

Car vous avez peut-être noté aussi que j’accompagne rarement mes textes de photos. C’est que j’ai commencé ce blogue dans un but : écrire. Et que je ne crois pas que les mots ont besoin d’images pour dire ce qu’ils ont à dire. Il y a aussi le fait que pour moi, mes photos sont plus personnelles, plus intimes que mes écrits. Lorsque je vous écris, je peux bien vous raconter n’importe quoi au fond. Tandis qu’une photo ne cache rien. Elle montre tout. Et je ne suis pas prête à cela. Contentez-vous donc pour l’instant de celles qui apparaissent en haut de cette page.

Finalement, je suis comme ça, moi. Le printemps me donne envie de changer de tête, de renouveler ma garde-robe, de redécorer l’appartement, de me sculpter un corps de rêve.

Changer la mise en page de mon blogue demande beaucoup moins d’effort. Et ça me laisse du fric pour aller chez la coiffeuse! Demain, c’est mon tour. Mais vous n’en saurez rien.

Des grosses filles en caleçons

7 Mai

Marie-Julie, qui tient l’excellent blogue Taxi-brousse, s’esclaffait il y a peu qu’un internaute ait trouvé son blogue en recherchant « une urinette flexible ».

Eh bien, Marie-Julie, moi, c’est en cherchant « des grosses filles en caleçons » qu’on m’a trouvée!

Je tiens à préciser deux choses:

1. Je ne suis PAS grosse.

2. Je ne porte pas de caleçons, moi. Je porte des bobettes, qu’on se le tienne pour dit.

Non mais…

Sérieusement, j’imagine que l’internaute a dû aboutir sur ce billet. J’espère qu’il n’a pas été trop déçu. 😉