Archive | Insoutenablement léger RSS feed for this section

Clichés d’hiver

8 Déc
photo-libre.fr)

L'hiver (photo: photo-libre.fr)

La neige qui crisse sous les pas.
Le froid qui pince le visage.
La givre qui recouvre le foulard.
La buée qui voile les lunettes.
La peau qui craque.
Les joues rouges.
Les orteils gelés.
Les doigts engourdis.
La morve au nez.
Les pieds qui glissent.
Le cul à terre.

Et pourtant, en sortant ce matin, je me suis dit « Ah! Enfin l’hiver! »

J’aime mon pays.

Mon pays ce n’est pas un pays c’est l’hiver.

Allez voter.

Brillante (et modeste)

9 Août

Je suis touchée… La talentueuse Marie-Julie, auteure du délectable blogue Taxi-Brousse, m’a décernée un prix. Je suis officiellement brillante! 😉

Pour répondre à la question qu’elle se pose (« C’est pas un peu quétaine ce truc? »), je réponds « Absolument »! Mais j’assume mon penchant, et je ne vais pas renier le plaisir ressenti à recevoir cette fleur, ou devrais-je dire, ce diamant (tant qu’à faire dans la quétainerie!).

Maintenant, on se croirait dans « Payez au suivant », mais c’est à mon tour de distribuer des fleurs à d’autres blogueurs. Ce sont les règles du jeu, certes, mais il me fait sincèrement plaisir de souligner le travail de blogueurs que je prends plaisir à lire et qui ne le savent pas… Alors, voici, à vous, amis et inconnus, je vous dis merci de partager avec nous les mots qui vous habitent.

Je ne peux évidemment décerner un prix à Marie-Julie, mais j’en profite pour saluer l’ensemble de son œuvre, que je prends grand plaisir à lire.

Voici donc les blogues que j’aimerais honorer de ma modeste reconnaissance:


Deux sœurs impertinentes

Le blogue de ces deux sœurs est un oasis où il fait bon se rafraîchir. J’ai parfois l’impression d’épier une conversation à travers un mur de carton, m’attachant à ces voisines dont je ne connais que la voix et les histoires.

L’hiver @ Khartoum
Une plume magnifique, sensible et imagée, que je déguste lentement dans le silence de la nuit.

Il écrit parce qu’il chante mal

J’aime le lire pour ses nouvelles, parfois naïves, parfois incisives, pour ses flashs, pour ses touchantes tranches de vie et pour ses opinions justes.

Les (Z)imparfaites
Parce qu’elles me font rire et me donne presque envie d’être maman à mon tour… presque.

La Muse Calliope
Sa fragilité me touche, sa force m’inspire, et je la suis, émue, dans sa quête de l’équilibre.

Plaisir ad lib
Audacieuse et impudique, Perséphone dévoile peu à peu son univers.

Je m’arrête ici. Oui, je sais, je dois respecter les règles et vous en présenter 7. Mais je préfère laisser cette septième nomination ouverte, libre d’être découverte plus tard. J’y reviendrai…

Léger comme une bulle

14 Mai

Pardonnez-moi, je sais, j’ai peut-être été un peu lourde ces derniers temps. C’est que tous les malheurs qui frappent l’Asie me troublent tant… Mais aujourd’hui, je me suis dit « C’est assez, trouvons un sujet léger ». J’ai cherché très fort. Je ne trouvais rien. Mon esprit s’est mis à divaguer. Léger comme une bulle? Oui, une bulle!

Et c’est ainsi qu’est revenu à ma mémoire Pépin la Bulle. Je vous ai déniché un petit trésor. Il y est question de légèreté et de bonheur.

Clapoti, l’hippopotame, triste d’être trop gros pour se coucher dans un hamac :

– Alors, je n’aurai jamais l’air heureux comme toi?

Bamao, le singe:

– Je crains que non. À moins que tu ne cherches ton bonheur dans des plaisirs qui sont à ta portée.

Clapoti, enfin couché dans son hamac :

– S.V.P., ne troublez pas mon bonheur. Laissez-moi continuer à ne penser à rien.

J’essaie, Clapoti. J’essaie.

Je change de look!

9 Mai

Les rares habitués de ce blogue remarqueront qu’il a changé d’allure. Désolée si de ce fait vous vous sentez égarés, mais moi, c’est dans la mise en page précédente que j’avais peur de me perdre. Trop de longues lignes qui vous faisaient oublier le fil de l’histoire. De plus, j’avais envie d’une entête plus vivante.

Car vous avez peut-être noté aussi que j’accompagne rarement mes textes de photos. C’est que j’ai commencé ce blogue dans un but : écrire. Et que je ne crois pas que les mots ont besoin d’images pour dire ce qu’ils ont à dire. Il y a aussi le fait que pour moi, mes photos sont plus personnelles, plus intimes que mes écrits. Lorsque je vous écris, je peux bien vous raconter n’importe quoi au fond. Tandis qu’une photo ne cache rien. Elle montre tout. Et je ne suis pas prête à cela. Contentez-vous donc pour l’instant de celles qui apparaissent en haut de cette page.

Finalement, je suis comme ça, moi. Le printemps me donne envie de changer de tête, de renouveler ma garde-robe, de redécorer l’appartement, de me sculpter un corps de rêve.

Changer la mise en page de mon blogue demande beaucoup moins d’effort. Et ça me laisse du fric pour aller chez la coiffeuse! Demain, c’est mon tour. Mais vous n’en saurez rien.

L’Homme et le mojito

30 Mar

– As-tu vu l’Homme avec une grand H qui vient de passer?

– Ben non, j’te l’ai dit que j’avais besoin d’un mojito. J’vois pas clair!

Alerte à Varadero

29 Mar

– C’tu le lifeguard, lui?

– Pourquoi, as-tu soudainement envie de te noyer?