Histoire de familles

23 Sep

J’aime à dire que j’ai une famille innée. Mes parents, mon frère, mes nombreux cousins et cousines, mes tantes, mes oncles. Ceux qui restent… Ils sont là depuis toujours. Ils font partie de moi. Je les aime. D’un amour un peu nostalgique. C’est un amour qui sent l’enfance, qui vibre au rythme du référendum de 80, qui bourdonne des étés au bord du lac. Un amour qui goûte la pizza devant la Soirée du hockey, les tomates de ma grand-mère, sa confiture à la rhubarbe. Un amour où résonnent les voix de la parenté envahissant notre maison au réveillon. On y entend aussi le klaxon du boulanger, au fond de la baie, annonçant ses beignes chauds et dégoulinants de sucre, les éclats de rire lors des parties de cartes tard le soir, le bateau d’un oncle, la Beetle d’un autre, l’orgue électrique de ma tante, l’horloge grand-père…

C’est un amour pétri de souvenirs, de très beaux, de très douloureux. C’est un amour qui cache ses blessures et se tapie au fond de moi. Au fond de nous tous.  Cette famille a dessiné mon enfance. Elle m’a transmis ses valeurs. A essayé du moins. Elle a fait de moi ce que je suis. Un peu. Oui, je sais. Beaucoup.

J’aime à dire que j’ai aussi une famille acquise.  Quand mes amis m’ont demandé de devenir la marraine de leur fille, ils ne m’ont pas seulement offert la plus belle marque d’amitié et de confiance, ils m’ont offert une place dans leur famille. À moi. Au parrain. À des amis  proches aussi. L’histoire de notre famille recomposée ne remonte pas à l’enfance, certes. Les liens qui nous unissent ne sont pas ceux du sang. Notre passé n’est pas collectif. Mais nous vivons ensemble le présent et façonnons  notre avenir commun. Nous inventons nos fêtes et nos rituels. Apprenons à nous redéfinir. Nous nous aimons, profondément. D’un amour léger, lesté du passé. C’est un amour qui sent le feu de camp. Qui vibre autant au rythme de Justin Bieber que du vieux rock. Un amour qui goûte les épluchettes de blé d’Inde, les brunchs du dimanche et les bouffes entre amis. Un amour qui vous transporte sur les plages du Mexique, au fin fond des parcs du Québec, dans une banlieue éloignée et jusqu’aux entrailles de Montréal. Un amour où résonnent de nombreux éclats de rire, et où jaillissent des fous rires gros comme l’univers et des moments de folie à vous faire oublier que la vie peut être autre chose que cela. Heureuse.

C’est un amour qui fait du bien, qui panse les blessures et unit des êtres si distincts et si semblables à la fois.  Un amour qui accepte la différence. Un amour un brin rebelle. Cette famille n’a pas de secrets. Elle est notre présent. Elle définit ce que nous sommes. Ce que nous deviendrons.

En cette époque où l’amitié se fait plurielle, j’aime à croire que la famille peut aussi être mouvante, en expansion. Réinventée. J’aime à croire que jamais je ne serai sans famille, même plus tard. Même quand tous les vieux seront morts. Même quand les vieux, ce sera nous. Alors, on s’inventera aussi un rituel pour ça.  Pour apprendre à être vieux, ensemble. Et pour apprendre, à la fin, à se dire adieu.

Publicités

3 Réponses to “Histoire de familles”

  1. gva01 mardi 25 septembre 2012 à 03:06 #

    Vos textes sur ce blog sont à l’image de ces « bulles d’intimité » que vous évoquiez. Comme un condensé d’émotions ou de sensations, sachant allier profondeur et légèreté. Se nourrir de tous ces êtres si différents qui nous entourent, c’est aussi un peu ce que nous permet la blogosphère, même si nous n’y montrons qu’un pan de nous-mêmes…

  2. noukaa mercredi 10 octobre 2012 à 20:50 #

    J’envie ta famille…celle innée. J’ai la chance d’en avoir une belle acquise.
    Billet très touchant.

  3. Paula dimanche 14 octobre 2012 à 20:28 #

    Merci Noukaa. Et oui, c’est une chance d’avoir une telle famille. Savourons-la.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :