Toutes les raisons du monde

21 Fév

 Il y a un certain temps, je suis allée souper avec des amis. Ils revenaient d’Afrique. Nous regardions leurs photos. Il y avait bien sûr de superbes photographies de la savane. Des images de zèbres, de lions, d’hippopotames, de girafes. Mais les photos qui m’ont vraiment accrochée étaient des portraits. Des hommes droits et fiers au regard perçant, des femmes magnifiques, des enfants au sourire large comme la mer. 

– Ils ont l’air heureux. 

– Je ne sais  jamais quoi répondre quand on me demande s’ils sont heureux. Le bonheur est une valeur occidentale. Les gens que j’ai rencontrés là-bas ne se posent pas la question à savoir s’ils sont heureux ou non. S’ils ont de la chance, ils vivent, tout simplement. Les plus malchanceux survivent. Ils ne peuvent se permettre le luxe de s’apitoyer sur leur sort. Sinon, ils mourront. Alors, ils rient. 

On croirait qu’il est facile de parler  du bonheur. Néanmoins, il n’en est rien. On ne voudrait pas être accusés de paternalisme ou d’aveuglement lorsqu’on mentionne  ces pauvres bougres du tiers monde qui ont pourtant l’air  tellement heureux. On ne voudrait pas non plus sembler inconscients de notre situation privilégiée d’Occidentaux douillets. On ne voudrait pas qu’on nous croie insensibles au malheur des autres. 

Je ne dirais pas que j’ai tout pour être heureuse. Je suis seule. Je n’ai pas d’enfants. L’amour, les enfants, n’est-ce pas, dans toutes les cultures, les deux éléments essentiels au bonheur? Et pourtant, je suis heureuse.  Du moins, je ne suis pas malheureuse. Je suis bien. Vraiment bien. Je ris beaucoup. Et il m’arrive, assez souvent, d’être pleinement heureuse. Il m’arrive aussi d’être carrément soufflée par un moment de bonheur. De fermer les yeux, respirer un grand coup, et sourire à la chance que j’ai. En voyage, surtout, devant une ribambelle d’enfants, un paysage saisissant ou un marché grouillant de monde. Mais ça peut aussi se produire ici, au coin de la rue, au fond du bois ou dans un resto.  Je n’ai pas tout pour être heureuse, mais j’ai le privilège d’être bien entourée, d’avoir un emploi qui me passionne, une maison à mon goût, de pouvoir voyager, d’être en santé surtout, mentale et physique.  

J’ai beaucoup de raisons d’être heureuse, et je crois être apte au bonheur. Je n’ai aucun mérite, je suis ainsi, c’est tout. J’ai le bonheur facile. Certains ne l’ont pas, et je trouve cela d’une tristesse… Et il m’arrive d’avoir peur de perdre cette aptitude au bonheur, de me réveiller un matin et de voir tout en noir, de réaliser que je me suis trompée sur toute la ligne, que je n’ai aucune raison d’être heureuse. Aucune.  Et que j’ai perdu tout ce temps à m’illusionner que je l’étais. Je sais aussi que viendra un temps où je vivrai un deuil. Nous n’y échapperons pas. Personne. Et j’espère que ce deuil ne me brisera pas. J’espère aussi que la maladie m’épargnera le plus longtemps possible. 

Le bonheur est fragile. Il tient à peu de choses. Nous tentons de l’oublier, mais nous le savons tous. 

Ce matin, j’ai pleuré en terminant la lecture D’autres vies que la mienne d’Emmanuel Carrère. J’ai pleuré le malheur des autres, mais aussi ma peine future. Je suis encore ébranlée, les yeux encore bouffis d’avoir tant pleuré. 

Je ne sais pas si j’ai toutes les raisons au monde d’être heureuse. Mais j’ai décidé de ne pas me poser la question. J’ai décidé de vivre et de rire. Le plus souvent possible. Le malheur est un luxe que je ne veux pas me permettre. Pas maintenant. Pas alors que je n’ai aucune raison d’être malheureuse. Ça, du moins, j’en suis certaine.

Publicités

2 Réponses to “Toutes les raisons du monde”

  1. Marie-Julie Gagnon jeudi 25 février 2010 à 18:51 #

    Le bonheur est un concept… Un genre de «buffet»: tu mets ce que tu veux dans ton assiette, après, tant pis pour toi si ça fait grossir ou si ça ne comble pas tout à fait ton appétit. Le hic, c’est qu’on a pas tous les mêmes menus selon l’endroit où l’on se trouve… Et pas tous les mêmes papilles.
    P.S.: Je rêve d’aller au Bhoutan pour son «bonheur national brut» (BNB)! Il y a des «concepts» plus attirants que d’autres!

  2. Paula jeudi 25 février 2010 à 22:23 #

    Le All-You-Can-Eat-Bonheur! J’aime! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :