Sur ma route

23 Jan

«- Je ne sais pas si j’ai pris la bonne décision.
Elle mettrait un certain temps à réaliser
qu’elle ne le saurait peut-être jamais.»
La double vie d’Irina, Lionel Shriver

Parfois, j’ai le vertige. Je pense à tous ces choix devant lesquels je me suis retrouvée dans ma vie, à tous ces carrefours où j’ai laissé mon instinct dicter quel chemin serait le mien, à toutes ces décisions que j’ai prises, certaine à la légère, d’autres au sérieux, et je sens le sol bouger sous mes pieds. Je réalise à quel point cette vie que je me suis bâtie et que j’aime croire solide n’est construite que sur une multitude de décisions, certaines réfléchies, d’autres arbitraires… Ma vie est érigée sur un jeu de Mikado. Retirez une seule de ces décisions du lot, et cela risque de faire trembler toutes les autres.  Il aurait suffi d’une seule journée dans ma vie où j’aurais choisi pile plutôt que face, et cette vie pourrait être complètement différente.

Et si je n’étais pas partie de la maison à 18 ans, mais m’étais acheté une auto, comme me le suggérait ma mère? Et si j’avais accompagné mon copain en Abitibi l’été de mes 20 ans plutôt que de me sauver dans l’Ouest, le quittant par la même occasion? Et si je lui avais fait un enfant comme il le désirait? Et si j’avais écouté l’orienteur et m’étais dirigée en architecture? Et si j’avais plutôt suivi les traces de mon père? Et si j’avais essayé la coke quand on me l’a offert? Et si j’étais allée planter des arbres? Et si je n’avais pas envoyé promener cet ami? Et si j’avais pris la route ce soir-là plutôt qu’un autre? Et si j’avais choisi une autre université? Et si je n’avais pas répondu à cette offre d’emploi? Et si je n’avais pas arrêté de fumer? Et si je n’avais jamais commencé? Et si je n’avais pas embrassé cet homme? Et si je ne l’avais pas laissé? Et si je l’avais laissé bien avant? Et si j’avais dit à cet autre qu’il me plaisait? Et si j’avais abordé cet inconnu? Et si j’avais terminé l’écriture de ce foutu bouquin? Et si j’avais répondu au téléphone? Et si je n’avais pas arrêté de chanter? Et si je n’avais pas arrêté de peindre? Et si j’étais végétarienne? Et si j’avais adopté un autre quartier? Une autre ville? Et si j’étais allée étudier à l’étranger? Et si j’avais pris cette année sabbatique? Et si j’avais envoyé cette lettre? Et si je n’avais pas commencé à écrire ce blogue? Et si j’avais choisi, un matin, de tourner sur cette rue plutôt que cette autre? Et si… Et si…

Changez une seule de ces décisions, et une vie complète peut être transformée. Il suffit d’un  tour du hasard au coin d’une rue ou d’une rencontre dans une file d’attente pour réinventer une vie. Tant de possibles m’étourdissent.

En Haïti, des survivants essaient de comprendre pourquoi ils sont en vie. Souvent, c’est à cause d’une toute petite décision dans leur journée… Ils auraient dû se trouver dans ce supermarché qui s’est effondré, mais ils ont plutôt décidé d’aller d’abord visiter la famille. Normalement, à cette heure, ils sont dans leur maison dont il ne reste plus rien, mais ils s’étaient arrêtés pour jaser avec leur voisin… Une toute petite décision anodine et vous êtes vivants. Combien d’histoires semblables, mais tellement plus tristes, gisent sous les décombres?…

J’en ai la nausée.

Et pourtant, je suis ma route, j’avance, confiante en mon instinct, sur le chemin que je crois être le mien. Il m’arrive de jeter un coup d’oeil derrière, de me demander ce que cache ce tournant que je n’ai pas pris, cette autoroute que j’ai choisie d’éviter, ce sentier devant lequel mes jambes ont flageolé et dont je me suis éloignée. Oui, il m’arrive de me demander « Et si… »  Mais je me ressaisis rapidement. Et je marche sur ma route, celle que j’ai choisie, celle que je continue de choisir chaque jour.

Et j’espère ne pas me tromper.

Mais je ne le saurai jamais.

Publicités

8 Réponses to “Sur ma route”

  1. Kerozen samedi 23 janvier 2010 à 16:51 #

    Encore une fois, tu réussis à me rejoindre. Si tu savais le nombre de fois où je me suis posée cette question…et que je me pose encore. Mais est-c’est de ressasser le passé? Ou d’avoir des regrets que de se poser certaines de ces questions? Je pense bien que oui et c’est pourquoi je repousse bien souvent ces questions…

  2. Silburn dimanche 24 janvier 2010 à 23:42 #

     »Le choix de venir dans cette vie…. Nous l’oublions. Quand nous nous en rappelons vraiment, nous voulons vivre pleinement. »

  3. C comme Corinne mardi 9 février 2010 à 09:39 #

    L’évidence est-elle un choix ? Je ne sais qu’en penser, je vais de l’avant tirée par l’évidence juste devant moi, cette gigantesque évidence, je ne peux la combattre.
    Elle est là, me terrorise, m’apaise, me laisse sans force et sans voix et me rend si heureuse tout à la fois ! Je ne prend sans doute pas le bon chemin, je n’ai pas de choix possible.
    Je me perd sans aucun doute mais qu’y puis-je ?

  4. Paula mardi 9 février 2010 à 20:56 #

    Je t’envie tellement de ne pas être torturée à chacun de tes pas, de suivre cette évidence! Au contraire, si pour toi le chemin à suivre est une évidence, alors c’est le bon, non? Et parfois, il est nécessaire de se perdre pour se trouver.

  5. C comme Corinne mercredi 10 février 2010 à 01:35 #

    Il est des évidences qui font tellement mal…
    Bonne journée à toi

  6. Marie-Julie Gagnon jeudi 25 février 2010 à 18:56 #

    Superbe billet, auquel je m’identifie totalement. J’ai des tas d’histoires dans mes tiroirs qui commencent par des «si»… Inépuisable sujet!

  7. Michel lundi 22 mars 2010 à 02:14 #

    Bonjour. Ce matin n’était pas un matin levé du bon pied ; je m’interrogeais : pourquoi la nostalgie ? pourquoi la peur de vieillir ? et si, et si… et puis, magieze d’internet… je suis tombé sur ton site par hasard, et j’ai aimé. L’idée du 5 mn par jour (un peu plus, non ?), les photos, les pensées, les poèmes, et la modestie du tout…
    Donc juste un ptit mot pour dire merci pour ce moment de partage. Bonne journée et « I shall come back », quand j’aurai un peu plus de temps. Bye.

  8. Paula dimanche 28 mars 2010 à 13:39 #

    Merci Michel d’avoir pris le temps de m’écrire. Je suis toujours troublée de découvrir que mes écrits peuvent toucher les gens.

    Et oui, en effet, c’est un peu plus de 5 minutes par jour. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :