Mon reflet dans le métro

30 Nov

Métro de Rome (photo: www.italie.cc)

Ce matin, j’a croisé mon regard. Je me tenais bien droite dans le wagon de métro. Enfin, j’avais bien les épaules un peu rentrées vers l’intérieur, coincée que j’étais entre tous les vaillants travailleurs se rendant au boulot, mais si peu. Je me tenais bien droite, donc, solidement agrippée au poteau. Enfin, le plus solidement possible, étant donné qu’avec toutes ces histoires de grippe, je ne sais pas pour vous, mais moi, dans le métro, j’essaie de toucher aux choses et aux gens le moins possiible. J’étais donc debout dans le métro. Les portes se sont refermées lentement, nous avons pris de la vitesse et nous sommes engouffrés dans le tunnel. C’est là que j’ai croisé mon regard. Mon reflet se tenait là, bien droit, aggrippé à son poteau, dans la vitre de la porte devant moi. Je me suis vue. Cela semble une évidence, une banalité d’un ennui sans nom, mais je vous le dis, on ne se voit pas aussi souvent qu’on pourrait le croire. Se voir vraiment, je veux dire. Tels que nous sommes.

Ce matin, donc, je me suis vue. Mon bérêt sur la tête. Les mèches rebelles s’en échappant. Le rouge à lèvres qui me fait une bouche en coeur. Les grosses boucles d’oreilles. Le foulard surdimensionné. Je me suis vue, et soudain je me suis revue. En fait, j’ai revue une photo de moi. Elle s’est imprimée dans ma tête, dans ma rétine, s’est surperposée à cette image de moi que je regardais dans la vitre. Moi. Un bérêt sur la tête. Des mèches rebelles s’en échappant. Du rouge à lèvres qui me fait une bouche en coeur. Des grosses boucles d’oreilles. Un foulard surdimensionné. Moi à 16 ans.  C’était au métro Henri-Bourassa. Je ne me souviens plus qui a pris la photo. Ma meilleure amie, probablement. Cette photographie et l’image de mon reflet dans la vitre sont en tous points sembables.

Ça me fait plaisir de voir que je suis la même, que je ne me suis pas perdue. Oui, bien évidemment, il y a une question de mode ici, on ne se le cachera pas, mais il y a plus. Je me sens soudain intemporelle, je n’ai plus d’âge, je vis simultanément à deux époques, le temps n’a plus d’emprise sur moi, je suis ici et partout, hier et aujourd’hui.

Demain peut attendre.

Je me regarde attentivement.  Ça me rentre dedans. La photo superposée à mon reflet n’est pas en tous points identique à celui-ci. Le menton pointu est maintenant entourée de chair. Pour l’instant, celle-ci se tient, mais on peut deviner les bajoues qui se formeront dans les prochaines décennies. Les yeux ronds comme des billes ont l’air plus tristes, à cause des paupières qui tombent un peu. Les cernes trahissent la fatigue accumulée au cours des années. Et le nez, il n’est pas un peu plus gros, le nez? Les signes de l’âge sont subtils, mais ils sont bien réels. Je ne vois plus qu’eux.

Soudain, je prends conscience du temps passé, du poids des années sur mon corps, des blessures sur mon coeur.  On ne peut pas tromper le temps qui s’égrène, c’est lui qui nous trahi, lui qui nous berce d’illusions, lui qui nous empêche de nous voir vraiment. Il nous cache la vérité, il se fait oublier. On ne le voit pas passer. Et puis, un jour, il est trop tard.

Le métro entre dans la prochaine station, mon reflet disparaît, le train ralentit, les portes s’ouvrent. Je sors. Je sors et je m’éloigne rapidement sans me retourner. Complice du temps qui passe, j’efface de ma mémoire mon reflet, la photo, celle que je suis et celle que j’ai été, et pourquoi pas aussi celle que j’avais imaginé devenir, et je me rends au bureau. En chemin, je m’arrête pour acheter un latte.

Publicités

2 Réponses to “Mon reflet dans le métro”

  1. Ceciel mardi 1 décembre 2009 à 05:32 #

    Le tunnel comme une parenthèse, un bref voyage dans le temps…

    • C comme Corinne jeudi 10 décembre 2009 à 17:03 #

      La vie est comme cette rame de métro, elle va dans le même sens et on n’y peut rien. On voit passer des images, des gens… Quelquefois une station où l’on peut descendre, un quai mais toujours un sens unique avec le même terminus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :