J’ai rêvé d’un pays

27 Nov
India Tourism)

(photo: India Tourism)

Je reviens. Tranquillement, je refais sens de cette vie qui est la mienne, je me réinstalle dans mon petit bonheur, je réapprends à vivre le quotidien.

C’est un soulagement pour moi, et pour tous ceux qui m’entourent j’imagine, de ne plus questionner chacune de ces choses qui composent ma vie.

Vous allez probablement me trouver bien étrange, mais ce retour à la normale est un autre deuil pour moi. Le deuil de toutes les possibilités que j’ai entrevues au retour, de cette lucidité qui était mienne, et que je repousse en dessous du tapis, j’en suis tellement consciente. Parce que ça fait moins mal, parce que c’est plus simple, parce que ça n’exige pas de moi de prendre des décisions que je repousse depuis déjà si longtemps.

Alors, je me remets à rêver. Je fantasme sur la prochaine destination… Je croyais l’avoir trouvée. Je tourne autour depuis si longtemps. Il paraît qu’on en revient transformé à jamais, pas seulement pour quelques jours. L’Inde. Pays mythique. Pays déchiré.

Quel drame, quelle tristesse…

Publicités

2 Réponses to “J’ai rêvé d’un pays”

  1. Marie-Julie Gagnon vendredi 28 novembre 2008 à 05:20 #

    À moins de s’appeler Bruno Blanchet, de pouvoir vivre avec un mini-baluchon et d’avoir une chronique régulière pour raconter nos péripéties de voyage qui nous assure un salaire de survie pour la route (OU d’être une auteure américaine à qui l’éditeur file un magot AVANT son départ en avance sur les droits d’auteur de son futur livre…;-), on peut difficilement faire autrement que balayer nos envies sous le tapis. Moi aussi je vis un deuil à chaque retour de voyage. Et oui, comme toi et tous les accros que je connais, je rêve à la prochaine destination pour ne pas sombrer dans la déprime…
    L’Inde. L’INDE. Ah oui. J’y ai fait un voyage éclair pour le boulot, mais je vais y retourner, c’est certain. De toute manière, à moins d’avoir des mois à consacrer à sa découverte, c’est un pays qui se prend à petites bouchées. Moi, c’est le Kerala qui me fait rêver depuis que j’ai vu en 10 petites journées le Rajasthan, Bombay et Goa…

  2. Soi dimanche 30 novembre 2008 à 09:03 #

    Dans le chaos incessant de l’Inde,les hindous aiment bien dire qu’ils choisissent au lieu de subir.En choisissant, ils s’élèvent au-dessus du triangle victime, bourreau et sauveteur. Et c’est seulement à partir de là qu’ils peuvent toucher à l’expérience de leur grandeur.Donc pour eux, tout est jeux de Shiva et il n’y a rien qui ne soit Shiva.Donc Bombay fait parti du jeu.Oui à la compassion et à l’amour au delà du triangle.

    ganeshpuri est pas mal aussi pour le côté mystique si jamais vous passer par là.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :