Une histoire birmane (1)

5 Mai

Permettez-moi de dépasser la ligne que j’avais moi-même tracée. Permettez-moi de ne pas vous parler du présent, mais d’un passé pas si lointain. N’ayez crainte, je continue de regarder le monde autour de moi, je continue d’y plonger afin d’en extraire quelques perles.

Mais je ne peux rester silencieuse devant le drame qui frappe le Myanmar. Je dois partager avec vous mes souvenirs de voyage dans ce pays en or. Je dois vous dire à quel point ce peuple est beau et doux et accueillant.

Vous les aviez oubliés, n’est-ce pas? Vous aviez déjà rayé de votre mémoire les courageux moines dont les manifestations ont été réprimées dans la violence en septembre dernier. Leur sort ne vous intéressait plus. Et soudain, un cyclone. Et pendant quelques jours, vous verrez des images. Vous trouverez cela épouvantable. Vous rejoindrez un groupe sur Facebook intitulé « Help the poor Burmese people ». Puis, plus rien. Vous oublierez encore.

Laissez-moi vous raconter ce pays. Ne détournez pas les yeux.

Prêts? Je commence.

**********

Septembre 2007. Des milliers de bonzes manifestant pacifiquement dans les villes du Myanmar réussissent à attirer l’attention de l’Occident sur leur bout du monde. Lorsque la junte militaire, au pouvoir depuis 45 ans, réprime violemment les manifestations, l’Occident s’indigne. Ensuite, il détourne les yeux et laisse depuis le pays retomber inexorablement dans l’oubli.

21 octobre 2007. Nous nous envolons pour le Myanmar, la Terre dorée. La destination a été choisie bien avant les événements. Nous souhaitions découvrir un des plus beaux pays d’Asie du Sud-Est et faire la connaissance de ses habitants. Mais s’ajoute maintenant à ce but fort simple un désir flou mais intense, celui d’aller voir par nous-mêmes afin de tenter de comprendre et de témoigner. Dire également à ce peuple si doux et chaleureux, qui refuse de sombrer dans le désespoir, que nous ne les oublions pas.

Publicités

Une Réponse to “Une histoire birmane (1)”

  1. Marie-Julie Gagnon lundi 5 mai 2008 à 20:26 #

    J’ai tenu le même discours il y a quelques années à propos du Darfour. De l’Afrique en général. Les gens s’attardent aux coups d’éclats, comme si la vie n’était qu’un perpétuel téléjournal.

    Merci pour ce rappel. Merci de te souvenir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :