Rage de sucre

28 Avr

Je suis à la fruiterie près de chez moi. Devant moi, non, pas une autre de ces charmantes vieilles dames. Un homme, les cheveux ébouriffés, mal rasé, une joue tuméfiée. Il est en piteux état. Mais ce n’est pas son visage qui est le centre de mon anecdote de la journée. Peut-être cela le devrait-il, c’est vrai. Il y a certainement toute une histoire derrière ce visage marqué par le temps. Et ne croyez pas que cela ne m’intéresse pas, au contraire.

Mais voilà, ce qui capte vraiment mon attention est ce qu’il dépose sur le comptoir devant la caissière. Deux tartes au sucre, un carré de tire-éponge et un gros morceau de sucre à la crème. C’est tout.

Bon d’accord, peut-être qu’il est l’organisateur de la partie de bridge à la maison pour personnes âgées et qu’il avait envie de payer une petite gâterie à ces dames. Peut-être qu’il y a une fête d’enfants chez lui et qu’il avait oublié le dessert. Peut-être qu’il écoute le hockey avec ses chums ce soir, et qu’eux, ils arrosent ça avec du lait en mangeant de la tarte… Peut-être. Qui suis-je pour savoir? Qui suis-je pour juger?

Il se peut également que cet homme rentre seul chez lui, s’assoie seul à sa table de cuisine, déballe une première tarte, l’engouffre. Déballe la deuxième tarte. La dévore. Déballe le sucre à la crème. Le gobe. Déballe la tire-éponge. L’avale. Avec quoi noie-t-il ça? De l’eau? Du lait? De la bière? Est-ce qu’il va vraiment tout bouffer ça ce soir? À quoi pense-t-il pendant qu’il enfile les sucreries l’une après l’autre, méthodiquement? Est-ce qu’il va se rendre malade?

Peut-être aussi qu’il fait simplement ses provisions pour la semaine. Que sa femme l’attend sagement à la maison dans leur cuisine impeccable, et que tous les soirs, ils se coupent un petit morceau de tarte et le mangent au lit en regardant le Téléjournal, leurs pieds se touchant sous la couverture.

Oui, il est possible que cet homme soit totalement et entièrement heureux. Mais je ne sais pourquoi, devant cette montagne de sucre sur le comptoir, je ressens une grande détresse.

Publicités

3 Réponses to “Rage de sucre”

  1. Marie-Julie Gagnon lundi 28 avril 2008 à 23:06 #

    Au contraire, le sucre est hyper-rassurant il me semble! À chacun son «comfort food»… 😉

  2. Paula mardi 29 avril 2008 à 07:30 #

    Tu as bien raison, au fond… mais il faut que tu aies besoin de beaucoup de réconfort avec deux tartes, du sucre à la crème et de la tire-éponge, non?…

  3. Marie-Julie Gagnon mercredi 30 avril 2008 à 23:37 #

    Deux tartes, du sucre à la crème et de la tire-éponge? On appelle ça une «brosse de sucre»! :-)))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :